Complications Nutrition Entérale

Les complications en Nutrition Entérale sont réduites si l’utilisation et les indications sont correctement posées et appliquées.

nutrition-enterale-complication.jpgComplications mécaniques

  • Obstruction de la sonde ;
  • Migration de la sonde : se rendre aux urgences s'il s'agit d'une stomie digestive ;
  • Erosions des muqueuses (nasale, oro-pharyngée, œsophagienne, gastrique) et de la paroi abdominale, avec risques infectieux aux niveaux ORL et péri-stomial.
     

Complications métaboliques

  • Intolérance glucidique ;
  • Déshydratation ;
  • Syndrome de renutrition inappropriée.
 

Complicationsdigestives

  • Reflux gastro-œsophagien, avec risque majeur d’inhalation bronchique et pneumopathie d’inhalation (URGENCE) ;
  • Diarrhées : osmotiques, infectieuses (rares) ou par malabsorption : 3 à 4 selles liquides par jour ;
  • Constipation ;
  • Nausées, vomissements ;
  • Douleurs abdominales ;
  • Météorisme abdominal.
     

Si les troubles cités ci-dessus se prolongent, parlez-en systématiquement à votre médecin.

Quelques conseils :
En cas de diarrhées : réduire le débit dans un premier temps, puis en parler à votre diététicienne ou à votre infirmière qui pourront vous conseiller utilement. Si les troubles se prolongent parlez-en sans hésiter à votre médecin.

En cas de constipation/ballonnements : interrompre momentanément l’alimentation puis reprendre progressivement. N’hésitez pas à demander conseils au diététicien et/ou au médecin traitant. Restez assis 30 à 45 mn après le passage de la nutrition.

En cas de nausées/vomissements : interrompre l’alimentation. En cas de prolongation des troubles, demander à votre médecin s’il est nécessaire de modifier les quantités ou le débit et si vous devez utiliser des médicaments anti-nauséeux.

Les complications potentielles liées à :

La gastrostomie :
  • avec la gastrostomie certaines complications peuvent survenir. Ce sont les irritations de la peau au niveau de l’incision sur le ventre et parfois un écoulement de liquide par la sonde.
La sonde naso-gastrique :
  • Il arrive parfois que la sonde se bouche. Pour y remédier, vous pouvez administrer un liquide tiède (thé, eau, etc.). Ne tentez surtout pas de déboucher la sonde en introduisant un ustensile pointu directement dans le tube. Si elle ne peut être débouchée, contactez votre infirmière qui viendra rapidement la déboucher ou bien la remplacer, si nécessaire. 
  • Si lors d’un branchement, vous vous mettez à tousser de manière irrépressible, c’est peut-être le signe que la sonde s’est déplacée ou bien qu’elle est positionnée dans les poumons. Dans ce cas, arrêtez immédiatement l’administration de la nutrition et contactez votre infirmier ou médecin qui viendra vérifier et s’assurer de la bonne position de la sonde.
  • En cas de vomissements, interrompez toujours la nutrition entérale et retirez la sonde naso-gastrique qui a pu se déplacer lors de la remontée des aliments et des efforts de vomissements. Reposez ou faites reposer par l’infirmière une nouvelle sonde naso-gastrique.
  • La sonde naso-gastrique peut occasionner une irritation locale au niveau de la narine, parfois des petits saignements de nez, voire des sinusites que votre infirmier vous aidera à soigner.

nutrition-enterale-complication.jpgComplications mécaniques

  • Obstruction de la sonde ;
  • Migration de la sonde : se rendre aux urgences s'il s'agit d'une stomie digestive ;
  • Erosions des muqueuses (nasale, oro-pharyngée, œsophagienne, gastrique) et de la paroi abdominale, avec risques infectieux aux niveaux ORL et péri-stomial.
     

Complications métaboliques

  • Intolérance glucidique ;
  • Déshydratation ;
  • Syndrome de renutrition inappropriée.
 

Complicationsdigestives

  • Reflux gastro-œsophagien, avec risque majeur d’inhalation bronchique et pneumopathie d’inhalation (URGENCE) ;
  • Diarrhées : osmotiques, infectieuses (rares) ou par malabsorption : 3 à 4 selles liquides par jour ;
  • Constipation ;
  • Nausées, vomissements ;
  • Douleurs abdominales ;
  • Météorisme abdominal.
     

Si les troubles cités ci-dessus se prolongent, parlez-en systématiquement à votre médecin.

Quelques conseils :
En cas de diarrhées : réduire le débit dans un premier temps, puis en parler à votre diététicienne ou à votre infirmière qui pourront vous conseiller utilement. Si les troubles se prolongent parlez-en sans hésiter à votre médecin.

En cas de constipation/ballonnements : interrompre momentanément l’alimentation puis reprendre progressivement. N’hésitez pas à demander conseils au diététicien et/ou au médecin traitant. Restez assis 30 à 45 mn après le passage de la nutrition.

En cas de nausées/vomissements : interrompre l’alimentation. En cas de prolongation des troubles, demander à votre médecin s’il est nécessaire de modifier les quantités ou le débit et si vous devez utiliser des médicaments anti-nauséeux.

Les complications potentielles liées à :

La gastrostomie :
  • avec la gastrostomie certaines complications peuvent survenir. Ce sont les irritations de la peau au niveau de l’incision sur le ventre et parfois un écoulement de liquide par la sonde.
La sonde naso-gastrique :
  • Il arrive parfois que la sonde se bouche. Pour y remédier, vous pouvez administrer un liquide tiède (thé, eau, etc.). Ne tentez surtout pas de déboucher la sonde en introduisant un ustensile pointu directement dans le tube. Si elle ne peut être débouchée, contactez votre infirmière qui viendra rapidement la déboucher ou bien la remplacer, si nécessaire. 
  • Si lors d’un branchement, vous vous mettez à tousser de manière irrépressible, c’est peut-être le signe que la sonde s’est déplacée ou bien qu’elle est positionnée dans les poumons. Dans ce cas, arrêtez immédiatement l’administration de la nutrition et contactez votre infirmier ou médecin qui viendra vérifier et s’assurer de la bonne position de la sonde.
  • En cas de vomissements, interrompez toujours la nutrition entérale et retirez la sonde naso-gastrique qui a pu se déplacer lors de la remontée des aliments et des efforts de vomissements. Reposez ou faites reposer par l’infirmière une nouvelle sonde naso-gastrique.
  • La sonde naso-gastrique peut occasionner une irritation locale au niveau de la narine, parfois des petits saignements de nez, voire des sinusites que votre infirmier vous aidera à soigner.